Hier le 14 novembre 2019 une forte mobilisation de l’hôpital public de Chambéry a eu lieu.

Nous étions environ 300 manifestants au départ de l’hôpital. On pouvait y voir des Adjointes Administratives (Secrétaires médicales), des Infirmières, des Aides-Soignantes, des IADE, des IBODE, du personnel des EHPAD, la Réa, les Urgences, des Manipulateurs radio, l’Hôpital de Moutier, etc.
300 ce n’est pas rien ! Surtout lorsque l’on sait qu’à Paris nous étions (selon les médias) entre 10 000 et 15 000 manifestants !

Nous constatons de jour en jour que le mouvement pour relever nos hôpitaux prend de l’ampleur. Cela montre qu’il ne faut pas lâcher « les mardis de la colère (de 13h à 15h) », il faut continuer à sensibiliser les usager et encore plus les collègues du CHMS.

Lorsque l’on voit cette manifestation du 14 novembre avec autant de monde, cela donne beaucoup d’espoir pour les suites du mouvement.

À savoir que l’opinion publique à 80% d’avis favorables concernant nos revendications.

Il ne faut pas oublier aussi que le 5 décembre il y a un rendez-vous à ne pas louper. UNE GRÈVE GÉNÉRALE ! Il s’agit de lutter entre autre contre cette réforme des retraites qui va mettre à mal (une fois de plus) la vie du peuple français. Ce jour-là, c’est l’interprofessionnel qui sera concerné, donc encore plus de monde dans les rues ! Encore plus de contestation ! Un plus grand rapport de FORCE !

Si vous avez bien suivi l’actualité très récente, le gouvernement commence à trembler.

Il n’y a qu’à voir la désinvolture d’Agnès BUZYN et ses déclarations dans le Journal Du Dimanche pour son plan pour les hôpitaux et la sécurité sociale. La pression est tellement grande pour la ministre, que même avant d’en débattre au parlement, elle se permet de faire des annonces dans un journal. Elle se fait d’ailleurs retoquer par le Sénat à ce sujet.

Il n’y a qu’à voir le discours d’Emmanuel MACRON le jour même de la manifestation qui brosse dans le sens du poil et qui se félicite de ce qu’il a déjà entrepris (ouverture du numerus clausus, sa réforme « Ma santé 2022 », etc.). Il annonce un « plan d’urgence renforcé » mais rien de réellement concret, juste un énoncé sur le manque de personnel, les salaires gelés, le manque de moyens matériels et sa…concidération. Nous devons encore attendre mercredi prochain l’annonce du Premier ministre à la sortie du conseil des ministres…