Réaction de la CGT aux propos de Manuel VALLS

Réaction de la CGT aux propos inacceptables de Manuel VALLS

Le Premier Ministre vient d’accuser la CGT d’être responsable des violences intervenues en

marge de la manifestation nationale du 14 juin, à Paris, contre le projet de loi travail.

La CGT tient à rappeler au Premier Ministre que cette mobilisation, comme les précédentes, n’a pas été organisée par la CGT mais par 7 organisations syndicales de salariés et de jeunesse qui, depuis 4 mois, dans l’unité, demandent le retrait de ce texte régressif.
Quelle est la réalité des faits ? C’est en marge du cortège de cette manifestation, déposée par les organisations et validée par la Préfecture de police de Paris, que des bandes de casseurs se sont à nouveau livrées à des exactions que la CGT a d’ailleurs condamnées officiellement, une fois de plus, dans son communiqué national.
Le Premier Ministre ne peut ignorer qu’il incombe aux pouvoirs publics, dont il a la première responsabilité, d’assurer la sécurité et le maintien de l’ordre.
La CGT souligne le sang-froid et la maîtrise des militants de son service d’ordre qui, sans faillir, ont pris les dispositions nécessaires afin de garantir la sécurité des participants à cette manifestation massive.
En conscience et prenant en compte les informations données par les services de la Préfecture, les organisations syndicales ont fait le choix de ne pas aller jusqu’au bout du parcours prévu, malgré la frustration légitime des participants, pour ne pas les exposer davantage à la violence et aux incidents générés par des éléments extérieurs. Face à cette contrainte, une fois encore, l’ensemble des services d’ordre des organisations ont su créer et mettre en oeuvre les conditions pour que les participants, venus de toute la France, puissent rejoindre leurs moyens de transport.
La CGT tient à rappeler au Premier Ministre que, comme il n’est pas de la responsabilité des supporters d’assurer la sécurité dans et autour des stades de l’euro de football, de la même façon il n’est pas de la responsabilité des manifestants d’assurer la sécurité dans et autour d’une manifestation autorisée par la Préfecture de police.
Menacer d’interdire les manifestations est le signe d’un gouvernement aux abois.
Plutôt que de faire l’inventaire tendancieux d’éléments à charge contre la CGT, Manuel Valls ferait bien mieux d’entendre la majorité des salariés, des jeunes et plus largement des citoyens qui rejettent ce projet de dumping social et de destruction de notre modèle de société.
Montreuil, le 15 juin 2016

 

Expression du syndicat CGT du CHMS :

En ce 21 juin, Manuel VALLS interdit les manifestations prévues le 23 juin.

La CGT ne se pliera pas à cette énième atteinte à la liberté d’expression dans une nation dite « démocratique ».

MOBILISATION LE 23 JUIN 2016  à 14h Place du Palais de Justice

MOBILISATION LE 23 JUIN 2016 à 14h Place du Palais de Justice

La  CGT du Centre Hospitalier Métropole Savoie appelle

À LA GRÈVE ET AU RASSEMBLEMENT

le jeudi 23 juin 2016.

 

Pour le retrait du projet de loi El Khomri !

Contre la loi santé et ses restrictions !

  • Contre les groupements hospitaliers de territoire qui se mettent en place au 1er juillet 2016 (pour nous SAVOIE-BELLEY), la rationalisation des moyens et la mutualisation des agents.
  • Contre la suppression programmée de 22 000 emplois dans les hôpitaux d’ici 2017

 

 

Oui, notre travail et les richesses dont nous sommes les maîtres d’œuvre doivent bénéficier à tous et non à quelques-uns

Les convictions n’ont pas d’âge  et c’est tous ensemble qu’on gagnera.   L’important c’est d’être présent

 

TOUS EN GRÈVE le Jeudi 23 juin 2016

RASSEMBLEMENT À CHAMBÉRY

14 h  Place du Palais de justice

 

 

 Le préavis de grève permet de faire grève 1h, 2h, …5h…ou la journée…Seul le temps non travaillé est décompté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MENSONGES ET DÉSINFORMATIONS

MENSONGES ET DÉSINFORMATIONS

Décidément la mobilisation majoritaire au sein de l’opinion publique contre le projet de loi travail semble grandement déstabiliser patronat et gouvernement.

Hier, c’est Pierre Gattaz qui a montré le vrai visage d’un patronat rétrograde et irresponsable en insultant la CGT, première organisation syndicale de ce pays.

 

Il a ciblé, à travers elle, tous les salariés, les jeunes, les privés d’emploi et les retraités mobilisés massivement depuis plus de trois mois pour conserver un code du travail pour tous et gagner de nouveaux droits.

 

En utilisant, à l’égard de la CGT, des mots aussi violents que « voyous et terroristes », dans le journal Le Monde daté du 30 mai 2016, il a clairement franchi la ligne rouge !

 

La CGT s’indigne de l’utilisation de tels propos à son encontre, mots qui renvoient à la violence des attentats meurtriers survenus en France en janvier et novembre 2015.

 

La CGT ne laissera pas de telles accusations sans suites et annonce qu’elle poursuivra Pierre Gattaz en justice…

 

La CGT attend également de tous les élus de la République et du gouvernement qu’ils réagissent de manière claire et sans ambiguïté à ces déclarations inadmissibles.

La première réaction aurait pu venir de la ministre du travail et du dialogue social, Myriam El Khomri, qui s’exprimait sur les ondes ce 31 mai au matin.

 

Or, lors cette émission, la ministre n’a rien fait d’autre que de s’inscrire dans cette même campagne de dénigrement en se contentant de mettre dos à dos la CGT et le MEDEF. Si elle juge « scandaleux » les propos de Pierre Gattaz, elle met sur le même plan les mots utilisés par le secrétaire général de la CGT.

 

Et la ministre de ne pas s’arrêter là et de rajouter de l’huile sur le feu :

Alors que la CGT a découvert le projet de loi dans la presse, qu’elle demande depuis des mois la tenue d’un réel dialogue social, que les 7 organisations de salariés et de jeunesse attendent une entrevue avec le Président de la République, à ce jour non accordée, la ministre du travail et du dialogue social a choisi elle, le mensonge et la confrontation.

 

Elle prétend, en effet, que la CGT a refusé de la rencontrer à de multiples reprises en amont de la présentation de son projet de loi travail.

 

Par souci de transparence, la CGT met à disposition de tous, la liste exhaustive des RDV à l’initiative du ministère du travail. Il sera, dès lors, simple de constater que la CGT n’en a raté aucun.

 

Malgré cette campagne de mensonges et de désinformations, le seul enjeu pour la CGT reste le retrait de la loi travail afin d’ouvrir de véritables négociations autour d’un code du travail du XXI° siècle.

Montreuil, le 31 mai 2016